Projets

CHIRURGIE BARIATRIQUE

Les patients opérés de chirurgie bariatrique représentent  3 % de la patientèle d’un médecin généraliste, soit 1500 patients opérés en région chaque année. La gestion du suivi et du post-opératoire doit donc être très efficace et doit inclure l’ensemble des professionnels du parcours patient, dont les pharmaciens.

Ces derniers doivent en savoir davantage sur les déficiences nutritionnelles découlant d’une chirurgie bariatrique afin de fournir des soins pharmaceutiques appropriés, d’assurer un suivi optimal et de conseiller adéquatement les patients. De plus, ils devront reconnaître les modifications pharmacocinétiques associées aux chirurgies bariatriques afin de prédire le devenir de la médication.

Le suivi des patients est un aspect particulièrement problématique et pour lequel des obstacles importants sont rencontrés. Notamment, les personnes en situation d’obésité doivent prendre plusieurs médicaments à vie après l’opération, notamment afin d’éviter de nombreuses carences. Or l’observance est souvent mauvaise dans cette population, en particulier pour ceux dont l’intervention a eu lieu il y a plusieurs années.

Actuellement, le pharmacien est absent ou très partiellement positionné dans le parcours de soins du patient obèse, et en conséquence son rôle d’accompagnement est réduit. Le pharmacien est donc un interlocuteur privilégié pour aider à l’améliorer. Le pharmacien d’officine peut en effet avoir un impact sur l’observance du traitement notamment concernant la prise de vitamines, le suivi psychologique, diététique et physique peuvent également être abordés lors d’un entretien pharmaceutique (réalisé dans un espace de confidentialité). La grossesse est également un élément très important de la vie des femmes opérée, le pharmacien peut par le biais de l’entretien peut renvoyer vers une sage-femme la patiente en demande d’informations.

Un autre enjeu de la chirurgie bariatrique concerne le suivi des patients à long terme. La pharmacie d’officine, porte d’entrée du patient notamment via ses prescriptions, peut être un lieu de « repérage » des patients venant d’être opérés ou ceux pour lesquelles l’opération a eu lieu il a plusieurs années.

L’URPS Pharmaciens a été sollicitée par la SRAE Nutrition dans l’objectif de réfléchir à l’implication des pharmaciens d’officine sur cette thématique de santé publique.

De plus, début 2017, un questionnaire d’état des lieux à destination des pharmaciens des Pays de la Loire a été co-conçu et diffusé par l’URPS Pharmaciens et la SRAE Nutrition, afin de mieux appréhender les pratiques existantes et les besoins en matière de nutrition.

Des soirées thématiques, animées par des experts en nutrition (endocrinologues, diététiciennes, chirurgiens…), ont ainsi été organisées en novembre-décembre 2017 dans le 44, 49 et 85 par l’URPS Pharmaciens et la SRAE Nutrition.

Suite à la réalisation de ces soirées et à l’évaluation soumise aux pharmaciens participants, le principal point remonté est une demande de support d’information des pharmaciens sur certaines thématiques liées à la chirurgie bariatrique.

Contenu de l’action :

  • Conception de fiches synthétiques d’information sur des thématiques de la chirurgie bariatrique :
  • Définition chirurgie bariatrique
  • Suivi post-opératoire : consultations, bilans, prescriptions
  • Vitamines à la suite de l’opération : interactions médicamenteuses, lien avec la contraception, etc. réaliser un focus important sur les vitamines
  • Conditions / autres prises en charge

Ces thématiques ont été identifiées comme au cœur de la demande de support d’information des pharmaciens suite à la réalisation des soirées thématiques et à l’évaluation soumise aux pharmaciens participants.

Certaines thématiques comme l’observance, le suivi de la prise de vitamines, l’aspect psychologique, l’orientation du patient ont d’ores et déjà été identifiées comme à inclure dans le protocole d’entretiens pharmaceutique.

Les contenus seront élaborés en partenariat avec un COPIL constitué d’experts de la thématique et selon les critères définis par l’HAS.

Le document de suivi des patients doit être déployé en coordination avec l’hôpital (utilisation de la messagerie sécurisée / DMP à plus terme).

  • Réalisation d’entretiens au sein de 40 officines sur la région, sur la base d’un entretien de diagnostic et d’un entretien de suivi à 6 mois pour chaque patient. Cible de 4 patients par officine (en fonction du nombre de patients potentiels sur le département / territoire)
  • Evaluation du dispositif à l’issue de l’action. L’évaluation du projet sera travaillée en parallèle à l’élaboration du protocole d’entretien (dès janvier 2019).

Un groupe de travail spécifique pourra être constitué à part du comité de pilotage. Afin de prévoir une évaluation solide, le patient inclus dans la démarche sera revu 1 an après son inclusion dans l’expérimentation.

Support de communication

Partager