Projets

Diabète de type 2

Le projet diabète répond à un besoin de la population. En France, la prévalence globale du diabète était estimée à 4,6 % de la population en 2011 et le diabète de type 2 correspond à 90 % des cas. Son traitement repose avant tout sur le comportement et nécessite un suivi et un accompagnement particulier du patient afin d’éviter des hospitalisations ou une aggravation de la maladie.

Le pharmacien d’officine constitue à cet égard un interlocuteur de proximité privilégié. Le projet vise au suivi et à l’accompagnement des patients diabétiques (dans le cadre d’une maladie chronique) notamment en zones rurales (les patients ont plus de difficultés dans l’accès aux soins et l’observance des traitements) ou en direction de publics précaires. De ce constat, le projet diabète a vu le jour.

Le projet diabète est composé de deux entretiens pharmaceutiques réalisés à l’officine, axés sur les principes et risques du traitement, sur le parcours du patient diabétique (orientation) et sur sa gestion particulière des hypoglycémies. Les entretiens s’appuient sur des supports destinés aux pharmaciens : guide d’accompagnement des patients, questionnaire, support sur les critères d’inclusion des patients, carnet passerelle… Les outils ont été réajustés et adaptés suite à la première expérimentation de 2015 et la seconde de 2017.

La première expérimentation du projet diabète de type 2 – gestion des hypoglycémies, aussi appelée « phase 1 », a été instaurée en 2015 dans le département de la Loire-Atlantique. Au total, 63 pharmaciens ont participé à cette expérimentation. Par la suite, une évaluation de la phase 1 a été réalisée. Les résultats obtenus présentent notamment :

  • 8 patients interrogés sur 10 connaissent leur diabète ;
  • 71% des patients interrogés possèdent un lecteur de glycémie ;
  • 97% des patients interrogés savent à quel moment prendre leur traitement ;
  • 79% des patients interrogés savent ce qu’est une hypoglycémie ;
  • 85% des diabétiques de type 2 savent à quelle fréquence ils doivent faire le dosage de l’Hba1c ;
  • 74% des patients interrogés pensent que leurs connaissances sur les risques d’hypoglycémie ont évolué suite au premier entretien avec le pharmacien d’officine dans le cadre du projet diabète ;
  • Suite au deuxième entretien, plus de 70% des patients interrogés estiment que les entretiens ont permis d’apporter des changements concernant la thématique des hypoglycémies et sur le principe du traitement diabétique. Parallèlement, plus de 80% des patients interrogés estiment que l’ensemble des entretiens a permis d’opérer des changements concernant le bon usage du médicament et sur le suivi de l’hba1c ;
  • Les entretiens permettent d’engager le patient dans une dynamique de santé globale avec un suivi des spécialistes régulier ;
  • 8 patients interrogés sur 10 sont satisfaits et souhaiteraient renouveler la démarche ;
  • Les pharmaciens sont satisfaits, les entretiens étant utiles dans leur exercice professionnel.

Au vu des résultats, l’expérimentation du projet diabète s’est étendue en 2017 à la Vendée et à la Sarthe, tout en continuant d’intégrer des pharmacies de la Loire-Atlantique, aussi appelée « phase 2 ». In fine, 62 pharmaciens ont participé au projet diabète. Une évaluation de la phase 2 est en cours de rédaction et sera très prochainement disponible.

Actuellement, le projet diabète entre dans la « phase 3 » avec pour objet une évaluation de l’intégralité des différentes phases du projet, depuis son commencement. Cette évaluation s’inscrit dans le cadre de la régionalisation, et donc l’ultime étape du projet diabète.

Partager