Projets

OCTAVE – Art. 51

« Organisation Coordination Traitements Âgé Ville Établissements de santé » – Un exemple avec la chirurgie

« Offrir au patient âgé une organisation, basée sur l’intelligence collective, innovante, et coordonnée pour l’efficience de sa prise en charge médicamenteuse dans son parcours chirurgical ville – établissement de santé – ville »

Devenue un enjeu majeur de santé publique, la iatrogénie médicamenteuse de la personne âgée est responsable d’environ 7 500 décès par an et d’au moins 3% des hospitalisations chez les patients de 65 ans et plus. La littérature nous montre que ces événements sont liés à un défaut d’anticipation et de coordination pour la plupart évitables. Cette problématique nécessite un mode de résolution qui n’est pas unique. En effet, notre système de santé est un système complexe, qui doit se comprendre à l’aune de ses multiples domaines de rationalité qui sont hétérogènes les uns par rapport autres.

La classique vision hospitalo-centrée ne peut répondre seule à l’ensemble des problématiques complexes du parcours et garantir un service médical rendu efficient. Le dépassement des dogmes, conjugué à une démarche décloisonnée et collective est apparu nécessaire afin de respecter cette complexité.

Ainsi, les URPS pharmaciens de Bretagne et Pays-de-Loire, en association avec les autres URPS et des établissements de santé de plusieurs territoires, souhaitent proposer à leurs patients âgés, par une réflexion pluriprofessionnelle faisant appel à l’intelligence collective, une organisation innovante de leur prise en charge médicamenteuse dans leur parcours chirurgical.

Ce projet vise à offrir au patient, dans le respect de son libre choix :

  • La capacité de contribuer activement à sa prise en charge au sein d’un chemin clinique défini et connu de tous les acteurs, et de l’évaluer ;
  • D’accroître l’efficience de sa prise en charge médicamenteuse, en particulier l’aval et l’amont de l’hospitalisation ;
  • D’accéder facilement aux informations liées à sa prise en charge par l’utilisation à toutes les étapes de son parcours de l’outil numérique (DMP) ;
  • De lui permettre un accès aux soins plus rapide en permettant de libérer du temps médical ;
  • De valoriser son territoire de vie et d’améliorer l’attractivité médicale de son bassin de vie.

Ce projet souhaite modifier la représentation sociétale et l’image des acteurs de santé par la coordination des acteurs en s’inscrivant dans les missions socles des Communautés Professionnelles Territoriales de Santé (CPTS), par l’amélioration des conditions d’exercice, par la proposition de nouveaux modes de rémunération souhaités par le rapport Aubert de janvier 2019, par le recours à l’outil numérique associé au DMP à chaque étape du parcours et par le respect des compétences singulières grâce à l’intelligence collective des acteurs.

L’objet de cette expérimentation est d’étudier une organisation coordonnée, adaptée au territoire, qui repose sur l’anticipation et l’organisation de la prise en charge médicamenteuse du patient à la fois en amont et en aval de sa chirurgie. Les différents types de coordination de ce nouveau parcours chirurgical ville-établissement de santé, seront évalués dans l’intérêt du patient et au regard de l’efficience du système de santé.

Cette organisation innovante prévoit, à titre dérogatoire du droit commun, la création d’un nouveau mode de rémunération de la prise en charge partagée et de sa coordination.

Le projet a d’ores et déjà fait l’objet d’une séance « d’Accélérateur 51 »,le cahier des charges en cours de finalisation sera déposé fin novembre 2019.

Partager